PRisonniers Sans Frontières

Etat des lieux

Dans la majorité des prisons de l’Afrique de l’Ouest, la situation sanitaire est préoccupante, pour de multiples raisons. Les bâtiments sont généralement vétustes ou mal entretenus, faute de budgets suffisants. Les sanitaires, toilettes et réseaux d’assainissement sont souvent en très mauvais état ou rapidement détériorés du fait de la surpopulation, ce qui pose de réels problèmes d’hygiène. L’insuffisance des procédures de désinfection contribue également à rendre dramatique la situation de l’hygiène. Dans certaines prisons, l’approvisionnement en eau n’est pas suffisant. Les bâtiments collectifs abritent de 10 à 100 prisonniers vivant dans une promiscuité qui favorise la propagation des maladies contagieuses (tuberculose par exemple) et des parasites de toute nature : gale, poux, puces, punaises etc. De plus, très souvent il n’existe aucune visite médicale lors de l’incarcération, ce qui rend possible la contamination des prisonniers par tout nouvel arrivant, porteur d’une maladie contagieuse ou de parasites.

Séminaire PRSF sur l’hygiène au Bénin

 

Les infirmeries – lorsqu’elles existent – sont généralement composées d’une seule pièce qui constitue à la fois le bureau de l’attaché médical, la salle de consultation et la salle de soins. Le mobilier est, le plus souvent, sommaire et le matériel médical très insuffisant (souvent pas de thermomètre, de pèse-personne...). A l’exception de certaines prisons, le personnel soignant est insuffisant, voire inexistant, avec pas ou trop peu de formation continue. Enfin, l’absence ou l’insuffisance de médicaments est assez généralisée. La faiblesse des liens entre la prison et les structures sanitaires existant dans les pays ne permet pas de lutter efficacement contre la recrudescence des grandes pandémies que constituent le VIH-SIDA, le paludisme, la tuberculose, le virus Ebola etc.

Objectifs de PRSF

PRSF ne possède ni la compétence, ni les moyens financiers susceptibles de mener une action globale dans le domaine de la santé. Ses interventions visent à :

  • améliorer les conditions d’hygiène dans les prisons par la formation du personnel, des visiteurs PRSF, des personnes détenues et l’apport de matériel et de consommables indispensables au maintien de l’hygiène.
  • identifier les problèmes de santé les plus graves et/ou les plus répandus, en informer les autorités locales (avec éventuel reporting aux autorités nationales) et tenter d’y apporter des solutions, éventuellement avec le soutien d’organisations de solidarité internationale plus compétentes, particulièrement dans le domaine des soins.
  • apporter un soutien moral aux personnes souffrantes.

Quelques réalisations de PRSF

  • Dans toutes les prisons, les bénévoles PRSF visitent en priorité les prisonniers malades, les réconfortent et se préoccupent de leur suivi médical. Dans la limite du budget qui leur est attribué, ils font face aux situations d’urgence qu’ils constatent et interviennent pour acheter les médicaments indispensables à un malade déterminé ou pour assurer un transport d’urgence à l’hôpital, en l’absence d’ambulance.
  • Des constructions d’infirmeries dans les prisons qui en étaient dépourvues ont été réalisées, notamment en Côte d’Ivoire, au Burkina Faso, au Togo et au Niger, à l’initiative de PRSF et sous sa maîtrise d’œuvre.
  • Des sanitaires ont été réhabilités, construits, rénovés (pour en permettre le nettoyage et la désinfection par exemple) dans de nombreuses prisons et des réseaux modernes d’assainissement ont été réalisés sous maîtrise d’œuvre PRSF, au Mali et en Côte d’Ivoire.
  • Dans un certain nombre de prisons, il a été créé des comités d’hygiène intégrant des prisonniers acceptant de prendre en charge la propreté de la prison : cellules, cours etc. et d’améliorer l’hygiène. Les équipes PRSF assurent le plus souvent un approvisionnement régulier en eau de Javel et en savon liquide.
  • Au Togo, des opérations d’éradication de la gale ont été menées par PRSF en 2007 et en 2008 dans plusieurs prisons. Elles ont compris une phase préparatoire de sensibilisation, suivie d’une phase d’action avec la désinfection des espaces de détention, des vêtements et des nattes des détenus et la distribution de médicaments anti-gale aux prisonniers, surveillants, cuisinières... En outre, deux séminaires ont permis la formation des bénévoles PRSF aux techniques de sensibilisation de la population carcérale en réalisant des activités de prévention des infections transmissibles et notamment du VIH – SIDA.
  • Un programme de 3 ans sur les 7 pays où PRSF exerce son activité a permis, au cours des années 2009 à 2012 (programme P3-7) dans le domaine de l’hygiène et de la santé, la fourniture en petit matériel d’hygiène et des aménagements simples (réserves d’eau etc.), ainsi que la formation des équipes-terrain, des personnels (régisseurs, chefs prison). L’objectif a été d’agir sur l’hygiène pour améliorer, dans la mesure du possible, la santé des détenus. Ce programme a été financé à hauteur de 50% par la Coopération française.

En 2014, un programme sur le Mali (projet Union Européenne) a permis de former les équipes-terrain et les personnels de 14 prisons du Mali lors d’un séminaire, en soutenant particulièrement 4 d’entre elles par :

  • L’achat de consommables
  • Des réalisations concrètes (cimentage de sols, points d’eau à mettre en place…)
  • L’animation de séances auprès des personnes détenues par des animateurs hygiène (sensibilisation à l’hygiène, gymnastique…)

Besoins à financer

  • La mise en œuvre de campagnes de sensibilisation à l’hygiène et à la prévention et la formation des bénévoles des équipes-terrain PRSF à ces techniques ; l’organisation de séminaires nationaux pour les équipes PRSF et l’encadrement carcéral consacrés à l’hygiène et la santé.
  • La formation des bénévoles volontaires des équipes-terrain en animation pour qu’ils puissent animer des séances de sensibilisation à l’intérieur des prisons.
  • La création de nouveaux outils de sensibilisation, (création de jeux, fiches, etc.) à partir des besoins ressentis des équipes-terrain et des personnes détenues
  • Le développement de la distribution de fiches « d’hygiène santé familiale » aux détenus en fin de peine ayant reçu une formation.
  • La réhabilitation des prisons et notamment des sanitaires, des cuisines, des points d’eau, des fosses septiques, des réservoirs d’eau etc.
  • L’aménagement des infirmeries et leur dotation en matériel et en médicaments essentiels, ainsi qu’en produits d’hygiène indispensables.
  • La dotation régulière de chaque prison en consommable (savon, eau de javel…) et en petit matériel (balais, seaux, serpillères, crachoirs, poubelles…) indispensable à l’hygiène.