• Prisonniers sans frontières - artisan
    Acquérir des compétences pour préparer sa réinsertion
  • Prisonniers sans frontières - culture
    Améliorer l'alimentation par la culture de jardins maraîchers
  • Prisonniers sans frontières - artisan
    Pour redonner espoir et dignité aux prisonniers en Afrique
  • Prisonniers sans frontières - procédure
    Faire respecter les droits des détenus
  • Prisonniers sans frontières - hygiéne
    Développer l'hygiène pour faire progresser la santé
  • PRisonniers sans frontières femmes
    Ecouter et apporter un soutien moral

Nos domaines d'intervention

Les droits de l’Homme constituent un tout indivisible. Ils font partie intégrante de la dignité de chaque personne.

On peut être un certain temps privé de liberté, on conserve cependant les droits du justiciable, le droit à des conditions de vie carcérale décentes, à la nourriture, à la protection et à l’accès à des soins. L’effectivité de ces droits implique les Etats (institutions et fonctionnaires) pour les mettre en œuvre - c’est-à-dire les respecter et les faire respecter - mais aussi les citoyens qui ont à les connaître, à se les approprier, et à les faire connaître. C’est pourquoi PRSF organise à l’intention des acteurs étatiques comme des personnes de la société civile des séminaires visant à développer une véritable culture des droits humains, réunissant les responsables locaux des établissements pénitentiaires et les visiteurs bénévoles en y associant à chaque fois que cela est possible et judicieux des magistrats et avocats. 25 formations intégrées le plus souvent à des programmes mentionnés ci-dessous ont été réalisées depuis 2005.

Lire la suite...

Etat des lieux

La détention préventive est l’incarcération d’une personne avant son jugement, celle-ci étant donc présumée innocente. Cette incarcération ne peut intervenir que sur une décision de l’autorité judiciaire compétente : à défaut, elle est illégale puisqu’elle représente un maintien « sans titre » en prison. Il en est de même lorsque le titre existe, mais que les conditions prévues par le code de procédure pénale ne sont pas respectées, par exemple, en cas de non renouvellement du titre à l’échéance prévue par ledit code.

Lire la suite...

Etat des lieux

Dans la majorité des prisons de l’Afrique de l’Ouest, la situation sanitaire est préoccupante, pour de multiples raisons. Les bâtiments sont généralement vétustes ou mal entretenus, faute de budgets suffisants. Les sanitaires, toilettes et réseaux d’assainissement sont souvent en très mauvais état ou rapidement détériorés du fait de la surpopulation, ce qui pose de réels problèmes d’hygiène. L’insuffisance des procédures de désinfection contribue également à rendre dramatique la situation de l’hygiène. Dans certaines prisons, l’approvisionnement en eau n’est pas suffisant. Les bâtiments collectifs abritent de 10 à 100 prisonniers vivant dans une promiscuité qui favorise la propagation des maladies contagieuses (tuberculose par exemple) et des parasites de toute nature : gale, poux, puces, punaises etc. De plus, très souvent il n’existe aucune visite médicale lors de l’incarcération, ce qui rend possible la contamination des prisonniers par tout nouvel arrivant, porteur d’une maladie contagieuse ou de parasites.

Lire la suite...

Etat des lieux

PRSF s’efforce d’aménager des jardins entretenus par les personnes incarcérées dans les cours des prisons qui disposent de suffisamment d’espace ou dans leurs abords immédiats. Cet aménagement consiste à délimiter le terrain, le clôturer (pour des raisons de sécurité), préparer le sol et à fournir une dotation en matériel, semences, engrais et autres produits nécessaires. Le jardin est exploité par des prisonniers accompagnés de surveillants. Un appui est apporté par nos équipes-terrain, un technicien agricole et des séminaires de formation.

Lire la suite...

Etat des lieux

Dans les 85 prisons où des équipes de bénévoles PRSF visitent les prisonniers, des situations similaires peuvent être constatées :

  • A l’intérieur de la prison, dans les cours ou sous les apatams (abris), les prisonniers, qu’ils soient prévenus ou condamnés, vivent dans la plus totale oisiveté. Beaucoup le déplorent, mais faute de moyens, aucune activité n’est proposée par l’Administration pénitentiaire. Certaines organisations essaient de lutter contre cet état de fait et financent des activités, mais elles sont proposées en priorité aux femmes et aux mineurs. La plupart des prisonniers sont analphabètes (le taux d’alphabétisation dans les pays d’intervention varie entre 14 et 53% de la population). Le non-apprentissage du français, langue officielle, empêche toute candidature à un emploi public, même modeste.

Lire la suite...

Etat des lieux

En Afrique francophone les mineurs délinquants sont généralement incarcérés quelle que soit l’infraction qu’ils aient commise. Les prisons servent aussi de foyer pour les enfants des rues, faute de structures spécialisées. La prison accueille également des nourrissons et enfants en très bas âge (pouvant être âgés parfois de plus de trois ans) qui vivent aux côtés de leurs mères incarcérées.

Lire la suite...